04 December 2017
Gilles MANUEL BUCHARD - Chef de Projet éditorial

Avocat : votre nouvelle gamme dédiée lamy formation

avocat Kleos VJ.jpg

Disruption, Digitalisation, Intelligence Artificielle, s’il faut décerner un prix des termes les plus récurrents, ceux-ci seraient certainement tête du classement. Et le monde du droit n’est pas épargné : justice prédictive, LegalTech, avocat 3.0 ou 4.0, Entreprenariat, interprofessionalité, etc. La profession d’avocat est belle et bien en train de muter doucement… mais surement.

En parallèle, d’autres termes, ceux-ci plus juridiques font l’actualité : RGPD-GDPR, Compliance, Ordonnances Macron, Loi Sapin 2, Procédure d’Appel, Blockchain, Open Data, Contrats Saas, Droit des plateformes, …

Bref tout bouge, on demande aux avocats de repenser leur métier. Le temps n’est plus celui débat mais celui de l’innovation !

Le philosophe et sociologue Edgar Morin l’a pensée depuis déjà longtemps, nous entrons dans l’ère de la Complexité. L’erreur serait donc d’attaquer tous ces sujets un part un individuellement.

Un exemple ? Les datas. Cette déferlante touche à présent de nombreux sujets du droit et sort du champ unique de la Protection Intellectuelle. L’Open Innovation ne peut être abordé sous ce seul angle.

Il faut donc repenser de la même manière son expertise et son métier. Comment faire ?

  • Supprimer les silos

En effet, repenser le métier d’avocat, c’est retrouver sa complexité : juriste, stratège, manager, négociateur, consultant, entrepreneur, start-uper, communicant… mais aussi s’ouvrir aux évolutions des usages décloisonnés de notre société : penser expertise juridique et stratégie de développement par exemple, ou encore propriété intellectuel et droit des M&A…

  • Repenser sa valeur ajoutée

Les legal tech, la justice prédictive et autre intelligence artificielle poussent à remettre en exergue la valeur ajoutée de l’avocat. Il vous faut vous concentrer sur les apports majeurs que vous pouvez apporter à vos clients comme à vos collaborateurs. Que pouvez-vous leur proposer de différent ? quelle expertise juridique mais aussi quels services différenciants et attendus ?

  • Penser collaboratif

La légitimité n’est plus décrétée par un titre. La génération Y, pour ceux qui s’y sont confrontés n’accepte pas l’ordre établi. Le pourquoi est donc essentiel. A vous de justifier votre légitimité et autorité face à vos collaborateurs et à vos clients. Il faut ainsi développer le collaboratif à la fois de façon horizontale (avec différentes expertises) et de façon verticale (avec ses fournisseurs et ses client). De façon générale, qu’il s’agisse de vos collaborateurs, associés, assistants, fournisseurs, clients, ayez en tête qu’ils sont tous des partenaires.

L’avocat doit donc agir face à ces enjeux importants. Et l’erreur serait de ne rien faire.

Comme l’explique très bien le paléontologue Pascal Picq, celui qui va survivre n’est pas le plus fort mais le plus agile, celui qui s’adapte.

Alors comment devenir plus agile, comment s’adapter ? Si ce n’est pas la seule, la formation est un outil indispensable. Que ce soit grâce au digital ou par le présentiel, que ce soit par vos confrères sur des sujets juridiques ou par des personnes d’un autre cabinet, d’un autre univers ? Que ce soit pour développer votre expertise ou pour apprendre à manager différemment, l’avocat n’a d’autres choix de se former pour innover. A lui bien sûr, de tester et de mettre en pratique, ce qu‘il aura appris !

Voilà notre parti pris, quant à nos formations destinées aux avocats et juristes, nous vous invitons à les découvrir sur notre site Lamy Formation

 

Gilles MANUEL-BUCHARD